lundi 13 août 2007

Et qui c'est qui va payer pour enrichir les investisseurs ?

Tiré de


La générosité de la BCE coûtera cher
Bien que nécessaire, le renflouement du système bancaire par les Banques centrales constitue le germe des crises futures, juge l'économiste Paul de Grauwe, de l'université de Louvain.
En injectant des quantités gigantesques de liquidités dans le système bancaire la semaine dernière, les Banques centrales ont soulevé des questions difficiles. Ont-elles eu raison d'intervenir ? Les Banques centrales – et en particulier la Banque centrale européenne (BCE) qui, à elle seule, a injecté plus de liquidités que toutes les autres réunies – n'ont-elles pas réagi de manière excessive ? Cette intervention ne constitue-t-elle pas le germe de futures crises dans le système financier ?

Les banques sont au centre du système de paiement. Quand celui-ci est perturbé pour une raison ou une autre, l'économie en pâtit : les échanges et l'investissement souffrent ; banques et entreprises saines sont affaiblies par une avalanche de cessations de paiement.

Le système de paiement est un bien collectif, et la Banque centrale, en tant que prêteur de dernier recours, en est l'ultime garant. En temps de crise, elle doit donc fournir des volumes illimités de liquidités pour assurer le bon fonctionnement du système.

Cela paraît assez simple. Il y a pourtant un problème. Les Banques centrales sont responsables non seulement de la stabilité présente mais aussi de la stabilité future du système de paiement.

Et elles se retrouvent ici prises dans un dilemme digne d'une tragédie grecque. Quand, comme la semaine dernière, elles injectent d'énormes quantités de liquidités dans le système, elles permettent aux banques qui ont fait des bêtises de s'en sortir. Or il y a beaucoup de banques qui ont fait des bêtises. Certaines ont prêté d'énormes sommes d'argent à des fonds d'investissement spéculatifs sans s'inquiéter des risques qu'elles prenaient ou de leur manque de liquidités.
En principe, la Banque centrale peut éviter ce problème en ne donnant des liquidités que contre de bons actifs, en excluant les actifs des banques dont les problèmes ne sont dus qu'à des opérations inconsidérées. En pratique, il est cependant très difficile de distinguer les banques qui connaissent un problème de liquidité temporaire de celles qui ont grevé leur bilan avec de mauvais prêts. C'est particulièrement vrai dans la crise actuelle, où certaines banques ont annoncé des pertes, mais sans pouvoir les quantifier.

Il ne fait aucun doute que la crise actuelle est en partie due aux précédentes opérations de sauvetage des Banques centrales. Ces interventions ont en effet abaissé la perception du risque sur le marché.

Les Banques centrales auraient-elles pu en faire plus pour résoudre ce problème moral ? Walter Bagehot, le grand économiste anglais du XIXe siècle, considérait qu'en temps de crise, les Banques centrales ne devaient fournir des liquidités qu'à un taux dissuasif. Les Banques centrales n'ont pas suivi ce conseil la semaine dernière. Elles, et la BCE en particulier, ont inondé le marché de liquidités dès que le taux à court terme s'est élevé au-dessus du taux cible. Ce n'aurait pourtant pas été une catastrophe si la BCE avait laissé le taux à court terme se fixer à, disons, 0,5 % au-dessus des 4 % du taux cible.

Une petite pénalité n'aurait bien entendu pas résolu le problème de la perception du risque, mais elle aurait montré que les Banques centrales le prenaient au sérieux.
Paul de Grauwe
Financial Times

1 commentaire:

Ghost of Kendo (G.o.K) a dit…

Et voilà comment toute l'économie mondiale se retrouve dans la mer*e à cause des spéculations des banques !

C'est trop moche ! Tout ça n'est arrive qu'à cause du désirs des banques de faire du profit (encore et toujours plus) juste pour enrichir leur petite personne !

Comme je l'ai toujours pensé, cela ne serai pas arrivé si les banques n'étaient pas des entreprises (ou du moins si elles n'étaient pas privées), si elles appartenaient aux états !

Et oui, je dis mort au capitalisme ultra-libéral ! Vive le communisme ^^