samedi 28 juin 2008

Plus le droit de fumer le tabac dans les coffee shops

Tiré de



Quand les coffee shops d'Amsterdam se préparent à l'interdiction de fumer... --par Toby Sterling--
[28/06/2008 14:04]

PDJ116-0625081442, NYOTK-0625081436, NYOTK-0625081443

AMSTERDAM (AP) -- Au 1er juillet, les Pays-Bas deviendront l'un des derniers pays de l'Union européenne à faire respecter l'interdiction de fumer dans les bars et les restaurants. Ce qui n'est pas sans susciter inquiétude ou perplexité dans les fameux coffee shops.

Le ministère néerlandais de la Santé a précisé que l'interdiction de fumer dans les lieux publics s'appliqueraient bien à ces cafés qui vendent du cannabis. Mais la tolérante Hollande a trouvé une astuce juridique: l'interdiction porte sur le tabac et pas la marijuana, de toute façon illégale mais tolérée de fait.

Cela n'en laisse pas moins les coffee shops et leurs clients face à un problème, puisque traditionnellement, les joints mélangent herbe et tabac.

Les établissements doivent donc s'adapter. L'une des solutions, ce sont les «vaporisateurs» de cannabis, qui brûlent l'herbe sans fumée. Une autre consiste à remplacer le tabac par des herbes comme le tussilage, une plante qui ressemble au pissenlit et à laquelle les consommateurs trouveraient un petit goût d'origan.

Mais la plupart espèrent juste augmenter les ventes de gâteaux au haschisch et d'herbe pure... tout en espérant que la loi ne sera pas appliquée strictement.

Michael Veling, propriétaire du 4-20 Cafe et membre du syndicat des débitants de cannabis, dit s'attendre à une petite chute des ventes quand les fumeurs vont être obligés de changer leurs habitudes de consommation. Mais pour lui, les effets à long terme seront minimes. «C'est absurde de dire que les coffee shops vont faire faillite à la mi-juillet. Ca ne veut rien dire».

Michael Veling a donné pour consigne à son personnel de demander aux fumeurs de tabac d'aller fumer dehors, mais il ne pense pas que tous les coffee shops feront de même. D'après lui, certains patrons vont tout simplement ignorer l'interdiction et probablement s'en tirer ainsi, au moins pendant un moment.

Mais «si respecter l'interdiction de fumer devient une condition pour renouveler la licence de l'établissement, vous allez voir que cela va se faire rapidement», explique-t-il. «C'est comme ça que ça marche».

Jason den Enting, responsable du coffee shop Dampkring, estime qu'il sera impossible de vérifier ce que les consommateurs fument exactement. «C'est le monde à l'envers: dans les autres pays, ils cherchent à voir s'il y a de la marijuana dans la cigarette. Ici, ils cherchent la cigarette dans la marijuana»...

Chris Krikken, porte-parole de l'Autorité sanitaire chargée de faire respecter l'interdiction, assure que les coffee shops ne seront pas visés en particulier. «Pendant le premier mois, on va juste réunir des informations sur le respect de la loi dans une vaste gamme d'établissements accueillant du public. Selon ce qu'on trouvera, on pourra alors se concentrer plus fortement sur un secteur qui est à la traîne».

Mais les établissements qui laissent leurs clients fumer du tabac recevront un avertissement et subiront de nouveaux contrôles. «Les récidivistes feront face à des amendes de plus en plus fortes», avertit-il.

La possession de marijuana est illégale aux Pays-Bas, mais les fumeurs ne sont pas poursuivis jusqu'à cinq grammes. Environ 750 cafés, dont la moitié à Amsterdam, sont autorisés à avoir jusqu'à 500 grammes en stock.

Si la consommation de cannabis aux Pays-Bas est plus forte qu'en Allemagne, elle reste inférieure à celle de la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. En même temps, la teneur en THC (tétrahydrocannabinol), la principale molécule contenue dans la marijuana qui possède un caractère psychotrope et des effets analgésiques, a augmenté au cours de la dernière décennie pour atteindre 16% dans l'herbe néerlandaise.

L'actuel gouvernement néerlandais, dirigé par une coalition conservatrice, réduit peu à peu le nombre de coffee shops en ne renouvelant pas les licences en cas de fermeture. Et les producteurs sont arrêtés, rendant difficile l'approvisionnement des établissements. AP

1 commentaire:

Audiofeeline a dit…

C'est clair que c'est un peu absurde.
Généralement les gens vont dans les coffees pour fumer!